•  

    Prochainement.

     

    Le mode Ē (non-E)

     

     

     


  •  

    J’aime cette notion de « bien commun ».

     

    Le bien commun 

                                            Planète Terre vue de l'espace

     

     

    Comme tous les emblématiques de civilisation, elle mérite toutefois d’être revisitée. Ni l’axiologie, ni la sociologie ne vont de soi. En attendant que ce travail soit mené, attachons-nous à ce qui fait l’importance du partagé de la communauté.

    Du partagé réel, et non de sa fiction.

    Ce qui n’est plus à prendre à la légère, tant les dévoiements de ce fondement, qui devrait former lien et reliance, sont à l’œuvre.

    Ainsi de la possession matérielle, bien sûr. C’est une aberration que le profit et marché se soient approprié des milieux vitaux, et restent à l’œuvre pour d’autres conquêtes.

    Ainsi de la démocratie des idées et des rôles : ce qui, de principe, appartient à tous, devient l’affaire de quelques-uns, le privilège des prés carrés, le sujet des chasses gardées. La gourmandise des clercs est sans bornes. A eux, le sens, le soin, l’éducation, la pédagogie, le don et le commun, mêmes. Et la philosophie de ses propriétaires.

     

    Décidément, nous aurons beaucoup à faire, avec le bien commun.

     


  • Éducation nouvelle : rien de nouveau ?

     

     

     

    A propos des mondes parallèles

     

    Education nouvelle : rien de nouveau ?

     

    Les notes ne sont plus accessibles en ligne. Elles seront remplacées par un texte remanié.

     

     

     


  • Attention, ce blog est en restructuration. Merci de votre indulgence.

     Site en remaniement

                                                             Jeu de Bagatelle

     

    Ce blog n'est pas ouvert aux commentaires. Pourtant, ouvrir de nouveaux espaces de débat est souhaitable. C'est notamment la vocation première du site Phileduc, disponible à la co-expérience, pour ceux qui croient à un avenir de la pensée critique en éducation.

    Pour toute contribution dans ce sens, je vous remercie de me contacter à l'adresse : jean.agnes@laposte.net. 

     


  • Un titre peut en cacher un autre

     

    Pensée critique et éducation

     

    Une philosophie critique de l'éducation ne peut ignorer le discours scolaire, et inciter les chercheurs à se préoccuper d'une analyse de ses aspects. Un exemple remarquable nous est fourni par un ouvrage paru récemment et dont le titre a pu roborativement attirer notre attention.

    "La pensée critique des enseignants. Éléments d'histoire et de théorisation"

    L'expression intrigue. Elle semble singulièrement roborative. Il s'agirait d'un point, d'une mise en perspective. Heureuse initiative.

    Toutefois, le patchwork de communications de cet imprimé se situe à l'inverse d'une synthèse et d'un tremplin pour de nouvelles avancées.

    Vitrine

    Dans le paratexte éditorial, la "première de couv" invite à la découverte en lecture : mais sans renseigner précisément, elle laisse une grande part au délice polysémique, à la fonction mythique du mot. Pensée plaît, critique davantage encore.

    On se place ici "au-dessus" desdits, et en tous cas à côté. Qui sont les enseignants critiques actuels, pourquoi n'écrivent-ils pas dans ce dossier, 

    Le trafic des lexèmes

    Le terme de critique comme d'autres items de ce niveau, est singulièrement mis à mal dans sa convocation à des fins "scientifiques" ou "pédagogiques" : les réunions académiques ne manquent pas, qui en chargent l'intitulé - éducation à, médias, numérique notamment : esprit critique, pensée critique, éducation critique etc. - le plus souvent en direction des élèves, les clercs étant par principe absous d'un quelconque examen de conscience déontologique ou épistémologique en ce sens!

    ***

    C'est que la notion de "critique",  on le sait, est très aléatoire, à moins de se situer délibérément et explicitement dans un champ précis, qui la définit et en exerce l'examen et les applications. 

    Quels intervalles entre théorie critique, pensée critique, esprit critique ? Et surtout, quelles précautions pour cette définition, qui doit se redoubler, tant la dégradation sémantique a frappé fort. Et enfin (et surtout!), quels reversements à la recherche, à la coopération, et à l'action.

    En attendant, il n'est pas sûr que le débat annoncé (toujours ouvert de manière fictive et futuriste) ici ait lieu.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique