• Désirs d'école

    J'ai eu envie de réagir à deux textes récents marquant à quel point nous avons, quant à l'école. besoin de renouveler le regard et la détermination.

     

    Désirs d'école

                                                             M83 Source : cidehom.com/

     

    Le dernier quart de siècle a été ravageur. Nous sommes, à un stade suivant de la spirale historique, dans une situation comparable à celle qui indigna le geste des pionniers d'une alternative éducative.

    Déjà s'entendre sur ce constat, ce que les réactionnaires de tous poils ne peuvent admettre. En attendant une improbable conversion des clercs et des querelleurs à la pensée critique, la possibilité d'action, hors de rares ilots, reste elle-même aléatoire. 

    Des indices encourageants se lisent toutefois dans une prise de conscience augmentée des effets de la mutation en cours. N'était la procrastination qui s'y attache (car "il est toujours urgent" de constater ce qu'on sait déjà), ils peuvent laisser présager l'émergence d'une force d'ouverture.

    ***

    Puisque nous sommes invités…

    - par la Commission Éducation de Nuit Debout Paris, le 65 mars (4 mai 2016)

    Télécharger « Debout l École une lecture.odt »

    - par les auteurs du Manifeste pour une tout autre école (2015-16)

    Télécharger « Tout autre école une lecture.odt »

    et même implicitement par ceux qui appelleraient au débat, pour la forme (pour le fun), mais aujourd'hui ne le souhaitent pas, pour les faits, et dont nous espérons une autre attitude,

    travaillons.

    J'ai eu envie de prendre quelques notes immédiates, nonobstant les travaux antérieurs depuis plus de quatre décennies :analyses, actions, publications, études et autres pensées passées.

    Ainsi

    Un espace démocratique d'échanges et de débats sur la question scolaire ? Inespéré ! Car nous voulons encore y croire...

    Nous avons maintes fois rêvé d'un débat sans trêve, qui est le corps même de l'effort démocratique, et que favorisent grandement les techniques actuelles de communication.

    C'est possible : pour autant, que d'oppositions, de barrières, de verrous. Que de débats avortés avant d'avoir pris corps. Au bout du compte, quel manquement.

    La première tâche, comme devant, et rarement, est donc de chercher à "libérer la parole". Pourvu qu'elle ne soit pas futile, déversoir d'opinion, logorrhée académique.

    Peut-être pouvons-nous espérer en de nouvelles opportunités en ce sens ? Un peu d'air frais, en effet, du côté de la réflexion sur l'éducation scolaire. Nuit Debout à Paris, Tout autre école en Belgique.

     

    Un espace

    Plus que des signes, ce sont des ouvertures. Sur le fond, elles ne sont pas localisées, mais nous concernent tous du fait de leur détermination. Car la question scolaire souffre paradoxalement de l'absence de débat renouvelé. Elle est prise dans un double processus de dissémination pratique, et d'épuisement théorique.

    Une des raisons du blocage éducationnel est la persistance du travail d'encadrement de la pensée par les organisations dédiées : le maillage des institutions bien-pensantes, l’extraordinaire déperdition discursive et publicitaire qu'elles alimentent sans cesse, en lieu et place d’ancrages résolus, d'articulations théoriques et pratiques, le barrage opposé à toute pensée externe, concourent à perpétuer un ordre fait de l’équilibre entre la gouvernance et son opposition consacrée.

    Au-delà du frémissement, le mascaret ? Ce qui peut arriver à un tel mouvement : la déperdition du message, l'indifférence , la "sourde oreille", la relativisation, ou encore les tentatives de récupération. Il lui faut affirmer une autonomie dans la nouveauté et une originalité – car il y en a une d'intention.

    Quelques signes actuels marquant une volonté de renouer avec une autre visée éducative que celle qui nous est imposée à travers les systèmes scolaires et formatifs déboucheront-ils sur une vision et une visée renouvelées ?

    Nous le souhaitons, mais il faudra pour cela faire le deuil d'une doxa inepte, épandue par les clercs, c'est à dire tracer un chemin commun.

     

    Et aussi

    Pour ma part, je ne crois pas qu’il soit de saison de pinailler sur ces textes ou de les rapporter à quelque objection sur les termes. Ils sont ce qu’il sont, avec leur inspiration.

    Mais ils sont significatifs du besoin de renouveler le genre : ni la pensée scolaire, ni la philosophie de l'éducation, n'ont produit ce dernier quart de siècle d'avancées, et encore moins de ruptures, décisives.

    L'essentiel est d'en accueillir l'esprit.

    ***

    Suit donc un texte à élaborer. Rien de nouveau sauf que...

    En voici quelques extraits.

    Télécharger « Sur le désir d'école extraits.odt »

     

     


    Tags Tags : , , ,