• Oublier les compétences

     

    Comment moi-je, qui suis jugé incompétent,

    pourrais-je prétendre à inculquer à quiconque quelque "compétence" ?

     

     

     

     A propos de : Une mystification (Elsa Avet), http://www.questionsdeclasses.org/?Une-mystification

     

    J'ai lu cet article avec grand intérêt : c'est au moins un rappel et une piste. Il me semble qu'un tel sujet mériterait un tir groupé, et telle approche entrer dans le cadre d'un dossier collectif.

     

    Oublier les compétences 

                                                 Source : Le Repaire des champions

     

    Nous ne nous sommes jamais intéressés à cette "notion", montée de toutes pièces, et qui est une ânerie. Quant au "socle"... Le sommet sera atteint par "socle de compétences". Ce qui fit les bonnes feuilles des "Cahiers Pédagogiques".

     

    Impossible d'ailleurs d'en débattre, dès lors que les notions imposées sont considérées comme intouchables. Et dans un cadre imposé par le discours de domination : nous n'avons pas le choix des armes : se battre avec un bâton contre celui qui a l'épée...

     

    Et inutile, dès lors qu'elles sont analysées comme telles, et item significatif de l'idéologie scolaire. C'est en effet dans le cadre très néo-positif de la croyance en l'efficacité de l'école que fleurissent de tels items, sans se préoccuper des tenants et aboutissants. Je considère celui-ci comme intéressant "point problématique", sans pour autant lui attribuer autrement plus d'importance qu'il n'en a.

     

    Quelques points de vue des chers collègues universitaires, habiles jésuites à ménager la chèvre et le chou.

    - Revue Rue Descartes (Les compétences en question, 2011)

    - Sofphied : http://www.intefp-sstfp.travail.gouv.fr/datas/files/SSTFP/2013_JE_Competence_en_education_et_formation_Sorbonne.pdf

    - Quant au Célèbre Pédagogue, il eût été étonnant qu'Il n'ait pas statué (comme de tout) : avalanche de considérations en ligne (v. avec Google !). Et même en faire-valoir réciproques : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/02/contre-l-ideologie-de-la-competence-l-education-doit-apprendre-a-penser_1566841_3232.html

     

    Nous voilà sommés de réagir ? Quoi, nous serions tenus de " travailler à une analyse critique de l’approche des compétences en pédagogie" alors que nous l'avons écartée d'emblée, non seulement du fait de notre expérience enseignante et collective, mais aussi en raison de notre travail théorique ?

     

    ---

    On perd son temps en rajoutant du discours sur le discours. Quelle alternative ? Il me semble qu'une des voies serait dans le cadre d'un laboratoire d'idées, de susciter une "analyse critique du discours scolaire", pour ce qu'il est, non pour ce qu'il inflige. Les outils théoriques existent, mais on ne voit pas les spécialistes de l'analyse de discours s'y risquer !

     

    Quoi qu'il en soit, la critique ne peut émaner aujourd'hui d'une voix individuelle, supérieure, fût-elle celle du Génie Elle ne peut être portée que de manière collective.

    http://www.aléasphilosophiques.fr/pour-un-observatoire-du-discours-scolaire-a107510830