• Pour une philosophie de l'éducation

    A propos de ce titre emblématique, discuté sur le site phileduc, il me faut observer la plus grande prudence.

    Pour une philosophie de l'éducation

    2001

    Il y a d'abord la préposition, qui oriente à des notions de cause, de destination, d'échange, de parti-pris. Et en effet la "philosophie de l'éducation" dont il est ici fait cas est un vœu. Plus qu'une "pièce versée au dossier", elle est un "texte à faire". A ce titre, elle ne saurait être l’œuvre d'un individu ou d'un lobby.

    Le terme de philosophie doit être dépouillé de tout le fatras dont il est affublé par polysémie maligne. Il s'agit pour nous d'une "philosophie digne de ce nom", éloignée de tout ce que les facteurs de crise (scolarisme, scolastisme, cléricalisme, idéologie médiatique) ont produit sous ce terme.

    Tenons donc à une "philosophie profonde", rationnelle et imaginative, intérieure et concrète, matérialiste et spirituelle.

    Le terme d'éducation a lui aussi été suffisamment dévoyé pour qu'il nous faille revenir obstinément sur l'acception principale, qui est au cœur du processus humain. C'est là une raison majeure de s'attacher à ce que nous sommes et à ce qui nous fonde. La question cardinale est celle du sens de l'éducation. Ne croyons pas qu'elle est déjà décidée : elle est à revisiter sans cesse.

     

    Pour une philosophie de l'éducation

     

    Je précise cette conception de la philosophie de l'éducation. Elle s'inscrit dans une lignée interculturelle.

    C'est une philosophie du questionnement. Elle ne sait rien faire d'autre. Et c'est déjà tout : à ce titre elle s'inscrit dans la tradition comme est elle soucieuse du sujet des "nouvelles donnes".

    C'est une philosophie critique. Elle n'accepte à aucun moment de laisser des problèmes latents ou in-traités. Elle incite au dévoilement et à l'élucidation, à l'analyse rigoureuse, et invite à ne jamais s'en laisser con(mp)ter. Aussi bien dans la fonction de veille et de vigilance, que dans l'exigence de rationalité.

    C'est une philosophie impuissante : incapable en elle-même de traiter des sujets qui ne sont pas de son ressort.

    - Elle renvoie pour tout ce qui concerne les données de l'étude rigoureuse (questions cardinales comme pratiques politiques) à ce que l'anthropologie peut explorer et fournir.

    - Elle en appelle, pour tout ce qui touche la philosophie de l'action éducationnelle, à "l'excellence de l'expérience", à l'art pédagogique, à la visée d'émancipation.

    Je suis conscient qu'un tel programme ne flatte pas les tendances entropiques en cours, liées à une "crise endémique" de la pensée éducative. Celle-ci semble plus que jamais durable. Mais l'espérance ne s'écrit pas dans cette certitude cynique.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,