• Reversement

     

    [rəvɛrsəmɑ]

    (reversare - retourner en sens contraire -, ou revertere - retourner )

    Reversement

     Michael Marten

     

    L'action de reporter et transférer. Dans son sens intransitif, concerne le changement alternatif de la marée.

     

    Ceci nous intéresse ainsi : à la disjonction du discours sans frais d'avec la détermination pratique, puissamment à l’œuvre dans le discours scolaire, nous opposons et la nécessité de faire profiter l'action de la théorétique, et la capacité d'échange et d'interaction des partenaires de l'action éducative.

     

    v. aussi coexpérience, triade

     


  • Textes libres : c'est à dire indifférents aux conventions, aux bonnes manières et aux connivences.

    Textes non publiés sous la bannière d'une "ligne éditoriale"

    Textes non marchands : non vendus.

    Textes non imprimés : type de texte qui ne gagnerait rien à une valorisation en "livre", quelle que soit l'adoration que nous en avons. Ce ne sont ni des œuvres artistiques, ni des incunables.

    C'est à dire textes non écrits pour commande, ou pour figurer dans une liste de publications en vue de promotion de carrière universitaire.

    En "libre accès" en effet, et sans fioritures ni distinctions casuistes.

    La plupart des textes ainsi présentés sont au format pdf.

    Soit les textes sont armés d'un code d'accès, fourni sur simple demande (lecture du texte) soit ils s'ouvrent  directement.

    Divers textes sont destinés au projet APRETs (Association pour la promotion des recherches et expression transdisciplinaires sur les situations).

     

    Ils sont alors publiés sous le label éditorial fictif Anglef.éditeur simulé.

    Textes libres

     

     

     

     


  • Une version remaniée du texte Oser la mésologie mise en page et imprimable est disponible au format pdf.

    Oser la mésologie (suite)

                      Les Aigrettes (Baie du Mont Saint Michel, automne 2015)

     

    Télécharger « Oser la mésologie.pdf » (Sous forme éditoriale Anglef).


  • Dites, si c'était vrai ?

    http://www.educavox.fr/agenda-2/la-semaine-d-education-et-d-actions-contre-le-racisme-et-l-antisemitisme

    "la mission de l’école de faire acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité, il apparaît nécessaire de redonner une impulsion nationale forte aux actions éducatives menées dans le champ de la prévention du racisme et de l’antisémitisme, de la défense et de la promotion des Droits de l’Homme et des principes fondamentaux de la République."

    "Son objectif est de sensibiliser les élèves des écoles, collèges et lycées, à la prévention du racisme, de l’antisémitisme et de toutes les formes de discriminations. Les manifestations qu’elle favorise concourent à faire acquérir par tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, quelles que soient leurs origines, leur condition, leurs convictions. Cette semaine est l’occasion de promouvoir la construction d’une société de justice, de tolérance, d’égal respect pour la dignité humaine et pour le vivre ensemble."

    Choouette

                      Derrière l'autre, il y a ...

     

                 Chouette, non ?

     

    Mais on en revient toujours au même point : "Qui éduquera les éducateurs eux-mêmes "?*

    Car ici comme en de nombreux cas, c'est la position magistrale qui l'emporte sur la co-expérience. L'éducateur est exempt de tout soupçon moral. Il peut, à ce titre, donner leçon. Si possible d'esprit critique et d'éthique.

    Car i faudrait s'attaquer non à la surface des choses, à coups de slogans et de "journées", de "semaines", mais au fond : derrière l'exclusion, il y a le principe d'exclusion, derrière le rejet ou le mépris de l'autre, il y a le principe de répulsion.

     

     * Sailer, Marx, Savater et alii...


  • Un titre peut en cacher un autre

     

    Pensée critique et éducation

     

    Une philosophie critique de l'éducation ne peut ignorer le discours scolaire, et inciter les chercheurs à se préoccuper d'une analyse de ses aspects. Un exemple remarquable nous est fourni par un ouvrage paru récemment et dont le titre a pu roborativement attirer notre attention.

    "La pensée critique des enseignants. Éléments d'histoire et de théorisation"

    L'expression intrigue. Elle semble singulièrement roborative. Il s'agirait d'un point, d'une mise en perspective. Heureuse initiative.

    Toutefois, le patchwork de communications de cet imprimé se situe à l'inverse d'une synthèse et d'un tremplin pour de nouvelles avancées.

    Vitrine

    Dans le paratexte éditorial, la "première de couv" invite à la découverte en lecture : mais sans renseigner précisément, elle laisse une grande part au délice polysémique, à la fonction mythique du mot. Pensée plaît, critique davantage encore.

    On se place ici "au-dessus" desdits, et en tous cas à côté. Qui sont les enseignants critiques actuels, pourquoi n'écrivent-ils pas dans ce dossier, 

    Le trafic des lexèmes

    Le terme de critique comme d'autres items de ce niveau, est singulièrement mis à mal dans sa convocation à des fins "scientifiques" ou "pédagogiques" : les réunions académiques ne manquent pas, qui en chargent l'intitulé - éducation à, médias, numérique notamment : esprit critique, pensée critique, éducation critique etc. - le plus souvent en direction des élèves, les clercs étant par principe absous d'un quelconque examen de conscience déontologique ou épistémologique en ce sens!

    ***

    C'est que la notion de "critique",  on le sait, est très aléatoire, à moins de se situer délibérément et explicitement dans un champ précis, qui la définit et en exerce l'examen et les applications. 

    Quels intervalles entre théorie critique, pensée critique, esprit critique ? Et surtout, quelles précautions pour cette définition, qui doit se redoubler, tant la dégradation sémantique a frappé fort. Et enfin (et surtout!), quels reversements à la recherche, à la coopération, et à l'action.

    En attendant, il n'est pas sûr que le débat annoncé (toujours ouvert de manière fictive et futuriste) ici ait lieu.