• Un ministre ô ministre

    Il est fait grand cas dans le discours public du moment de l'offensive médiatique d'un grand commis chargé de faire évoluer la chose scolaire vers des horizons adaptés aux exigences de la "nouvelle société".

    Un ministre ô ministre

    "Les français acquiescent" : propagande dixit. il s'agit en effet au principal d'une opération de communication et de détournement d'attentions, remarquablement menée, d'autant plus facilement qu'il n'y a guère de contradicteurs. 

    C'est un fait remarquable : tel grand serviteur tire son autorité du Prince, largement relayé par ses moyens d'information acquis d'emblée. Et les "commentaires".

    Pour nous, c'est non. On perd son temps.

    De tels personnages ne nous respectent pas. Pourquoi serions-nous sommés de les respecter ?

     

     


    Tags Tags :