• Le Journal Scolaire

    Le problème à propos de la question du "Journal scolaire", c'est bien entendu le sens pédagogique.

     

    Le Journal Scolaire

    Célestin Freinet, Le Journal scolaire, 1957

     

    Aucune activité, et singulièrement celle-ci, n'a de sens pour elle-même, en dehors de la visée pédagogique qui la sous-tend. Or, il s'agit d'une notion-clé, qui en focalise bien d'autres.  

    Il y a eu un moment fort dans la question, qui correspond à la conception de Célestin Freinet. Il s'agit d'une vision riche et profonde, intégrée, à l'opposé de ce qui se clone à l'infini sous forme convenue, purement pratique, asséchée, sans finalité. C'est là sans doute une des conséquences lamentables du travail mené par l'institution - notamment sous prétexte de l'hyperslogan de l'"éducation aux médias", pour désamorcer et stériliser tout ce que les messages du mouvement de l’éducation nouvelle contenaient de force et d'idéal.

    D'autres pédagogues sont allés dans ce sens, d'une participation intelligente et active de la communauté éducative, élèves compris, à sa propre instruction. Sans pour autant se targuer d'un label particulier. Mais toujours en se réclamant d'une pédagogie fondée.

    Le drame aujourd'hui est le suivant : qu'en disent ceux-là mêmes qui se se réclament de l'héritage de Freinet ? On se heurte en effet aujourd'hui chez les néo-technicistes à la promotion stupide du "journal scolaire", comme exercice scolariste, asséché, non-motivé, déraciné.

    Exemples d'abonder. A l'opposé bien entendu du formidable message de "l'Imprimerie à l'école".

    Qu'en pensent les tenants du mouvement "Freinet", en principe aux avant-postes sur ces questions ? Aux dernières nouvelles, ça ne les intéresse pas. Et c'est pour moi encore une désillusion, sinon une surprise.

     

     


    Tags Tags : , , ,