• Éclats d'évanescence

    La situation 2016 du discours scolaire1

     

    Dans le domaine des lettres et des sciences humaines, la production discursive, textuelle, idéologique, a franchi les limites d'un cadre restreint de production et d'un accès de lecture limité. Le domaine s'est à la fois gonflé et éparpillé, la production s'est surchauffée, les accès de lecture se sont (en théorie du moins) à la fois simplifiés et multipliés.

    Éclats d'évanescence

    Comme il le dit lui-même, c'est pas demain la veille

     

    A considérer et analyser les principales sources de l'information du domaine, nous assistons à un formidable essor, qui se traduit en entropie et en expansion, qui donne lieu à une littérature considérable : pour autant, la clarté n'est pas au rendez-vous, qu'elle s'interprète selon quelque métaphore de la complexité ou en en théorie critique des "nouvelles donnes".

     

    Depuis que nous en avions souligné le paradoxe (il y a longtemps2), la situation ne semble pas s'être améliorée et le processus paraît s'être emballé : les dissertations incessantes, comme régies par quelque incontinence, se sont amoncelées. En même temps, l'ensemble des réunions forme un extraordinaire patchwork, tandis chaque réunion coud les propos plus hétéroclites.

     

    Le paysage ainsi formé paraît insignifiant, voire absurde, du moins pour quelque observateur qui ne bénéficierait pas des clés de lecture. Mais il n'est pas sûr que ces clés existent3.

     

    ***

     

    Cette masse accumulée, colossal édifice, restera-t-elle ingérable, ou s'écroulera-t-elle sur elle-même  du fait de sa propre évanescence ?

    ***

    A moins en effet que quelque auteur collectif ne parvienne à exploiter cette mine, à restaurer ce patrimoine, aux termes d'une anthropologie critique digne de ce nom.

     

    1 On entendra scolaire par "aussi universitaire".

    2 Le paradoxe du désert, Agnès 2000 https://leportique.revues.org/449

    3 Possible qu'elles soient rêvées !